Advanced Concepts – Le projet Jazz

Toujours grâce au travail du forum « My Stupid Mouth », nous avons appris qu’un documentaire allait bientôt voir le jour.

Screen+Shot+2015-05-03+at+3.42

En effet, John avait fait allusion d’un album instrumental orienté jazz, avec le Trio et Chick Corea. Le réalisateur Michael Barth à suivi le processus d’enregistrement et on peut voir le teaser de ce projet, resté secret jusqu’à ce jour.

Le documentaire n’est pas encore disponible car on a demandé à Michael Barth de ne pas le dévoiler pour le moment mais nous assure qu’on pourra le voir très bientôt, il s’intitule « Advanced Concepts ».

http://www.barthfilm.com

Screen+Shot+2015-05-03+at+3.31.56+PM

« Après avoir longtemps été catalogué d’artiste pop, John Mayer passe une semaine dans un studio riche en histoire pour enregistrer un album de jazz instrumental avec quelques uns des musiciens les plus légendaires. Ce film explore les limites du genre et le travail d’improvisation de John Mayer ».  

Vu le teaser, ce documentaire à l’air d’aussi bonne augure que l’excellent « Someday I’ll Fly ». On a hâte d’en voir plus !!

Rappelez vous en 2015 John avait interprété « After Midnight » lors du Seth Meyers Live.

 

Source: My Stupid Mouth Forum

Publicités

Déjà un successeur pour le LP7?

On sait tous que l’album de John (LP7) est en préparation pour 2017, mais aujourd’hui on apprends, par les dires de Richard Young, créateur du forum My Stupid Mouth, qu’un second album intitulé « Zero »  sortirait dans la foulée. En effet, Richard a rencontré John la semaine dernière et a pu en discuter avec lui, on peut dire que notre John, habituellement assez discret, en a révélé un peu plus sur sa future musique.

Screen+Shot+2015-05-26+at+12.53

Voici le résumé de leur conversation.

« J’ai recontré John lors d’un entracte des Dead & Co Samedi soir avec ma femme. j’étais seul avec lui 5 petites minutes mais le moment fut magique. Nous avons discuté du très attendu nouvel album (LP7) , et je fus tout excité quand John a dit (et je ne pense pas qu’il blaguait) qu’il y aurait un second album qui sortirait très peu de temps après le LP7 et qui s’intitulerait « Zero »

« Zero » sera un ensemble de 6 à 8 titres qui n’ont pas été intégrés aux 3 précédents albums, plus des extras dont John nous a fait profité lors de ses shows secrets, dont le très attendu « Hotel Bathroom Song ». 

C’est une très bonne nouvelle!!! Tout en se concentrant sur les Dead & Co, mais très secret sur son travail personnel,  John nous prépare un petit bijou que l’on a hâte d’entendre.

Croisons les doigts pour enfin entendre « Portable Heart », « A Break in the Clouds », « Taking On Water », et le magnifique « In Your Atmosphere » #rêve

 

Source : My Stupid Mouth Forum

Interview « Guitarist » 2010 – Battle Studies & la Black One

En ligne aujourd’hui une interview datant de 2010, accordée au magazine Guitarist, lors de son passage à Londres. John Mayer nous en apprends plus sur la conception de « Battle Studies » et y parle, entre autre, de la Black One.

mayermain-460-100-970-80

Lors de sa visite à Londres « Guitarist » a rencontré John Mayer et nous avons discuté de sa vie, de son matériel et de son tout dernier album studio « Battle Studies ».L’interview originale apparaît dans le numéro 327, mais voici la transcription de cette rencontre dans son intégralité, seulement sur Guitarist.co.uk.

G : Félicitations pour ton nouveau disque – cela à du être difficile de revenir après « Continuum », après son immense succès.

JM : Cela a été difficile dans le sens où il a fallu faire quelque chose, et « Continuum » avait placé la barre très haute car il été apprécié pendant longtemps, c’était dur de faire mieux. Les gens l’ont bien compris et ça été un gros succès dans ma carrière et je me rappelle avoir pensé, mon Dieu, j’aurai aimé de ne pas avoir à faire autre chose parce que ce dernier avait mis le niveau très haut.C’est un peu jouer la sécurité de dire, « ok wow, la dernière chose que j’ai faite c’est Continuum, stop j’arrête là ».

Et donc, il faut faire face à la musique, sans jeu de mots, comme « tu dois essayer autre chose – Continuum ne sera pas le dernier disque; tu dois lever cette barre et faire quelque chose de nouveau ».

Je pense qu’il a eu le succès mérité, et maintenant je dois me dire « Regardez, il y aura beaucoup plus de choses maintenant, nous devons mettre Continuum en sourdine et faire autre chose ». Tu sais, je ne compte pas vivre que de « Continuum ». A partir de là je pense que c’est devenu plus facile, que quoi que je fasse ce ne sera pas du « Continuum », bon ou mauvais. Et puis cela est devenu vraiment libérateur.

mayermain2-650-80

G : Quand tu as commencé à travailler sur « Battle Studies », comment te sentais tu en tant que John Mayer, en tant qu’artiste solo, en opposition avec le John Mayer Trio, et aussi la sortie du « Live In Los Angeles » – une nouvelle perspective peut être ?

JM : Le Trio a toujours été passager, parce qu’on n’a pas beaucoup de temps pour jouer ensemble. Mais j’ai ressenti ça récemment et je me défendrai toujours, je ne me sentais pas comme un ours qui faisait de la guitare. Je voulais juste faire un break et pianoter, profiter de la vie et écrire ces chansons.

Quelque chose se passe quand tu prépares un disque, que tu ne peux pas prévoir, et tu n’as aucun contrôle, c’est juste la façon dont les chansons se figent.

Et dans ce sens « Battle Studies » est un album différent – la tentative est la même, essayer de faire du blues, du R’n’B, quelque chose de soul comme « Continuum », un rock un peu seventies, la tentative est la même, essayer de mettre le meilleur groupe de chansons ensemble, et l’espoir est que lorsque vous les mettez ensemble, en quelque sorte, elles prennent vie.

Et cela commence plutôt bien, tout ça à commencé à avoir du sens pour moi maintenant que le temps passe. Nous avons fini par voir comment ça fait après une semaine ou deux; les gens auront vraiment la chance d’en profiter et de vivre leur vie avec ces chansons. Alors maintenant, tout se transforme en vrais morceaux, et c’est passionnant, comment le groupe apprend, comment j’apprends moi-même à les jouer. Parce qu’en tant que guitariste, et en tant que chanteur, juste parce que vous les avez composé, cela ne veut pas dire que tu vas bien les jouer. Et même après avoir tout enregistré cela ne veut pas dire que tu vas vraiment bien les jouer. Donc pendant les 3/4 premiers mois tu apprends vraiment à te faire les doigts dessus.

MayerBand-650-80

G : Je présume que tu as exploré beaucoup de choses en studio, écrire en studio par exemple, peut-être plus qu’avant ?

JM : Oui c’est une proposition difficile et en même temps un pari. Si tu vas en studio, et Dieu sait que passer du temps en studio est de plus en plus cher, et si tu vas en studio et si tu explores et tu ne trouves pas ce que tu cherche, tu deviens, enfin du moins je serai très rapidement découragé et ça pourrait me faire totalement partir en vrille, de façon créative. Je dois vraiment être sûr que si je vais chercher quelque chose je dois le trouver. Parce que si ce n’est pas le cas je ne veux pas recevoir ce coup de fil qui dirait « Vous ne voulez pas plutôt aller chercher une maison quelque part pour aller écrire vos chansons..? »

Je prends tout très au sérieux du moment que je suis en studio et je veux leur dire « je n’ai rien encore mais venez, suivez moi ». Ça me donne envie de produire quelque chose de génial, parce que l’alternative à cette question est d’admettre que vous êtes rentré tous ensemble dans ce studio et vous n’avez rien au final.

G : La dernière fois qu’on a discuté ensemble tu venais de t’offrir une Blackguard Telecaster de 52, et en quelque sorte elle t’a inspiré dans quelque chose de nouveau…

JM: Oh oui, justement j’en jouais la nuit dernière.

G : Donc est-ce que toutes ces différentes guitares t’emmènent dans des directions différentes au niveau de l’écriture?

JM : Absolument. En fait j’ai un rig entier dédié à cette guitare. Une petite Deluxe – un vieux Blackface Fender Deluxe, quelque delays assez cool, un peu de distorsion…
Il y a une belle cheminée aussi, ça donne un étrange côté country a l’enregistrement.

G : On peut entendre plus de son type Tele tout au long de ce nouvel album, la guitare de Rick Turner sur « Half Of My Heart » par exemple…

JM : Oui il y a quelque chose de vraiment amusant pour ce qui est des guitares avec lesquelles on a joué sur scène et qu’on à joué sur l’album; la même guitare avec la même pédale qui était sur le disque. Cela contribue à cette empreinte harmonique globale qui est la même qui est sur le disque, donc il y a des moments ou quand on joue avec on se dit « hey mec, ça sonne comme sur le disque ».

Mayer335-650-80

G : On parlait avec Mike Eldred du Fender Custom Shop récemment, et il m’a dit que tu aimais beaucoup la Cabronita Especial…

JM : La Cabronita !! Oui j’adore cette guitare. Ça m’a pris presque 10 ans pour.. non, plus de 10 ans, 15 ans, pour être capable de prendre une Strat et jouer autre chose. Ma guitare du moment est la Les Paul SG – tu vois de laquelle je parle?

G : La 61 ?
JM : Oui la 61 quelque chose comme ça, une guitare cool.

G : C’est très différent pour toi, comparé aux strats habituelles?

JM : Oui, comme je disais, je suis sorti de ce jeu « musclé », ce jeu genre « bombe atomique ». C’est plus fun pour moi maintenant de.. comme la mélodie principale dans « Friends Lovers or Nothing » – Je suis encore plus fier d’avoir composé ça que d’avoir repris un phrasé d’Albert King sur une autre composition. (Chante la mélodie) C’est vraiment une douce mélodie, presque banale, et je me suis vraiment éclaté à la faire sonner à la George Harrison.

G : Est-ce que tu veux dire que tu es plus reconnu pour tes mélodies et tes phrasés?

JM : Oui j’aimerai !

G : Donc maintenant, en tant que quelqu’un qui aspire encore à être un bon guitariste, est-ce que tu ressens cette pression de Guitar Hero ?

JM : Non, pas vraiment, c’est pourquoi j’ai dis que je voulais faire un disque pop. Donc le prochain ne pourra pas être pop. Je travaille en total opposé.
C’est pour ça que quand je jouais ce jeu « musclé » je me disais, je veux faire une pause. Et tous les guitaristes le savent, ça aide a revenir et faire quelque chose de mieux pour les prochaines fois.
Et je pense que tout a à voir avec l’importance que tu donne a tes disques. Je les vois comme modérément importants.

G : Donc pour toi les disques sont modérément importants?!?

JM : Je pense qu’il est plus important de continuer à raconter ton histoire plutôt que de rester obsédé sur le genre de disque que tu vas faire. Ils ne sont pas si précieux. Surtout quand tu regardes comment ils sont fait.

Je veux dire, il y a beaucoup de travail, mais sinon? J’écris juste mes chansons, et je les mets ensemble. Et si ça ne marche pas, je recommence et les mettrai sur un autre disque.
J’apprends comment ne pas prendre toutes ces choses au sérieux. Comme maintenant, je veux faire ce genre de disque. Et pour la prochaine fois, je commence déjà à réfléchir à quoi ça pourrait ressembler. Pour vous en mettre plein la vue.. !
La seule chose que je n’ai jamais vraiment appris à faire c’est de savoir comment faire quelque chose de fort sur un album. Comment faire un album qui sonne fort, et qui en jette.

MayerWhiteStrat-650-80

G : Et sans doute que nous ne parlons pas de compression ni de mastering ici?

JM : C’est ça. Je veux juste enregistrer tel quel, obtenir ce son brut et cru, sonner comme 4 ou 5 personnes ensemble dans un studio, comme un album de Pearl Jam.

G : Peux-tu nous raconter l’histoire de la Black One? J’ai vu un prototype au NAMM en Janvier qui ressemblait étrangement à ta guitare…

JM : C’est une guitare très intéressante. C’est en Octobre 2004 et je revenais des routes après la longue tournée « Heavier Things ». Et je me suis dit que je voulais me faire un petit trip sur le terrain tu vois.
On avait ce show avant aux USA ça s’appelait « Mister Roger’s Neighborhood ». Tu as déjà entendu parlé de Mister Rogers?

G : Non je ne connais pas…

JM : Ok, donc Mr Rogers, a chaque émission, se rend par exemple dans une usine de fromage, ou de crayons, ou de bateaux, parfois sur des plateaux de tournage de films et il nous fait partager ses aventures et découvrir les coulisses d’un endroit.

Eh bien moi c’est pareil, un jour je me suis dit «je veux aller là où on fabrique des guitares. Je veux passer quelques jours à regarder ces gars travailler et je veux moi aussi construire une guitare».
Donc me voilà parti à Corona en Californie au Fender Custom Shop pour deux jours. J’ai commencé par griffer du bois, j’en ai sélectionné quelques-uns, je tapais dessus comme pour voir comment ils sonnaient, ce qui ne donnait rien bien sûr. Mais moi j’avais l’impression de «chercher le bon son !».
J’ai mis tout ça dans la machine CNC….enfin des gars l’ont fait pour moi, mais ils m’ont quand même laissé faire un coté de la guitare.
Après on a tout assemblé, on a peint le truc et puis on l’a laissé là, John Cruz l’a reliquée pour moi et me l’a envoyée quelques jours plus tard…. Et ça sonnait…merdique !!
Ça m’a brisé le cœur. Il semblerait qu’il y avait un problème à l’intérieur de la guitare. Dès que cela fut réparé elle sonnait comme… woooaaaa, un rêve devenu réalité !

MayerBlackStratTires-650-80

G : Alors, pour toi, qu’est ce qui fait donc une guitare de rêve ?

JM : Je vais te dire, il y a une règle numéro un en guitare. Je suis vraiment désolé pour toi si tu n’en trouve pas une de la couleur que tu cherches, mais si tu prends une Sunburst, alors que tu déteste le Sunburst mais qu’en l’essayant elle sonne du tonnerre avec ton jeu, alors c’est TA guitare ! Tu n’y peux rien mec, elle est faite pour toi !

Si par malheur tu commences à être gourmand, que tu appelles Fender en disant je veux la même que cette Sunburst mais en bleue. Je peux te dire que la bleue va être terrible, ça ne sonnera jamais pareil.
Sterling Ball m’avait fait ; tu as déjà vu la Ernie Ball 25th Anniversary ?

G : Ouais on en avait parlé..

JM : J’adore cette guitare ! Tu l’aime aussi ?

G : Oui beaucoup…

JM : J’aime vraiment cette guitare. Elle fait partie de ces guitares tu sais qui ne se contentent pas que d’un seul son, mais celle-ci sonnait vraiment bien sur de nombreux points.
Ils m’en ont envoyé une, c’était une Cherry Red. Je n’étais pas beaucoup fan de cette couleur, ça faisait un peu rouge sportif.

Donc je leur ai dit « Vous pouvez m’en faire une noire ? ». Et ils m’en ont fait une et c’est arrivé. C’est arrivé, mais ça ne faisait pas ce que ça devait faire, ça ne sonnait pas pareil.
Ils ont alors fini par récupérer la rouge, la poncer et la repeindre en noire.
Donc c’est vraiment difficile d’avoir cette « double chance », de tomber sur la couleur que tu aimes et de te sentir bien avec ta guitare tu vois. Mais la Black One à tout de suite fait son effet. Elle a tout de suite fait le boulot. Et avec l’âge tu sais elle sonne différent, rien qu’en quelques mois elle commençait à changer de tonalité. C’était un réel plaisir de bosser avec elle sur Continuum et un long travail plein d’amour.

On la retrouve un peu sur « Battle Studies » mais c’est vraiment la guitare de « Continuum » – a chaque fois c’est dingue cet effet – c’est la meilleure guitare avec laquelle j’ai jamais joué.

MayerBlackStratHRC-650-80

G : Tu peux nous dire pourquoi ?

JM : Tu sais, plusieurs fois j’ai essayé de me faire expliquer par les fabricants, pourquoi deux guitares faites exactement de la même façon, pourquoi il y en toujours une plus « molle » que l’autre (due à la tension des cordes).
Ils vont te dire, « non la longueur et la tension sont les mêmes ».  Alors pourquoi ces cordes sont plus serrées ? Tu vois ce que je veux dire ?
Cette guitare est exactement la même, avec les même specs, et je n’arrive pas à faire les mêmes choses avec tu vois ? Qui sait d’où ça vient ? Ce sont ces toutes différences infiniment petites, propres à chaque guitare, qui font la différence.

Mais celle-ci, la Black One, à juste un peu de mou ; comme une petite dérive. Certaines guitares, si tu les mets sur 0.011s, elles font comme (fait un bruit brusque) tu ne peux pas bouger avec.

G : Et le Custom Shop a fait quelques répliques pour la vente ?

JM : Oui, on va faire ça pour les Américains… oh et pour les Anglais aussi bien sûr !
Ils vont faire 83 modèles de la version Custom Shop et un run illimité du modèle de production ; les même specs, sans le reliquage. Elles seront géniales ; Piano black, gold hardware – superbe.

G : Est-ce que l’idée du gold hardware vient de ta Strat SRV ?

JM : Le Gold vient de ma SRV Tribute Strat oui – le neck vient de la SRV Tribute Strat, c’est pourquoi il y a ces boutons de remplacements Fender mi 80.
Hmm j’essaie de me rappeler la, est-ce que le trémolo est doré ? Je devrai le savoir, j’en ai tellement joué avec que c’est devenu une extension de mon corps…

MayerGoldStratClose-650-80

G : Quelles sont tes autres Strat préférées ?

JM : J’ai la Strat Hendrix, la Monterey. J’ai mon modèle Signature, la verte, la cypress mica. Le modèle signature avec la bande.
Je pourrai prendre n’importe laquelle de ces guitares pour faire un show entier. Mais il y a certaines raisons pourquoi cette guitare pour cette chanson et pourquoi pas une autre.
Donc, pour « Vultures », je dois prendre la Gold Leaf Strat. C’est avec celle-là que j’ai écrit ce titre, et il y a cette incroyable seconde position, comment on dit déjà, le quack?
C’est la Strat la plus « quackieste » de tous les temps. « Vultures » avec une autre guitare ça ne sonne pas. C’est bizarre comme sensation.

Mais il y a aussi quelques guitares avec lesquelles je n’ai jamais joué plus d’une chanson. Par exemple je n’ai jamais pris cette Strat Gold pour aucun titre, autre que « Vultures ».
Alors que je pourrai, quand je jouais « Something’s Missing » j’avais cette Strat Tele que Chris Fleming du Custom Shop m’a faite.
C’est devenu la guitare officielle, accordée pour ce titre (EBEF#BE), elle sort de son fly, je joue « Something’s Missing » et elle y  retourne.
Et puis après quand j’arrête de jouer « Something’s Missing » je me dis des fois, « c’est une super guitare pour d’autres titres, essaye, raccorde la en standard ».

MayerGoldGuitarist-650-80

G: Les guitares te donnent vraiment de l’espace non ?

JM : Une fois que j’écris un titre avec une guitare c’est dur de le jouer avec une autre.
Tu fais des trucs bien en position 2 et 4 sur le selector switch, pour un temps c’est LE truc mais ça ne dure pas. J’ai toujours aimé ce son, en particulier le 4. Quand j’étais petit, c’était mon son préféré, c’est doux, c’est chaud mais ça garde les bonnes basses. C’est la sélection la plus coloré sur une Strat.

G: Ça convient bien à ces inversions de 3 notes que tu joues souvent…

JM: Exactement. Ce truc au milieu du fretboard. Ce genre de (chante trois notes), la une, la deux, la cinq. Je dirai que c’est un peu ma signature. (Chante encore, répétitif) Chacun à ses petits trucs préférés. Autre chose que j’entends souvent, ce n’est peut être que mon opinion, c’est ce 9 mineur, comme un truc en 7 majeur (chante encore), et puis si tu le smack sur la guitare, avec cette percu, ça peut le faire.

MayerAcoustic-650-80

G: Est-ce que tout cela vient de ton jeu acoustique?

JM: Exactement. J’essaie de garder le rythme, et jouer du pouce c’est comme essayer de simuler d’être dans un groupe alors que j’y n’y suis pas.
En parlant d’acoustique, a mes débuts, tu alternes les sons, des mélodies avec des basses compliquées, mais sur le nouveau disque ça sonne un peu plus relax, moins de jeu… Est-ce que c’est la confiance? Moins à prouver ? Peut-être ?
C’est la confiance, et c’est vouloir s’amuser un peu plus sur scène. Tu sais, plus tu écris en tant que guitariste, moins tu as le temps de sortir ou te balader. Et toutes ces chansons sont impliquées.
Mais c’est cool aussi d’avoir un groupe qui s’amuse sur la musique! Quand je faisais « Room For Squares » c’était difficile d’accompagner cette musique avec un groupe parce que tout le groupe etait préoccupé par le jeu de guitare, les percussions et ci et ca..

Donc enregistrer « Battle Studies » était une grande joie parce que, pour une fois, tout ne tournait pas autour de la guitare. Ce n’était pas, le titre est fini une fois que j’arrête la guitare, parce que souvent tu demandes au batteur de jouer en même temps que la guitare, tout le monde communie ensemble.

G : Penses-tu alors que l’acoustique pourrait se réinviter sur un prochain album ?

JM : Bien sur. J’adorerai faire un disque plus folk. Absolument !

G : On revient à l’électrique, tu as des amplis Two Rock et Dumble sur scène, comment tu les utilise ?

JM : J’utilise en live les même amplis qu’en studio. Le Dumble est incroyablement fragile, et fort à la fois, ouvert, et chantant. Le Two Rock est sensiblement pareil mais un peu plus défini, et ensemble je trouve que ça fait une bonne combinaison. C’est presque un seul ampli.

Le Two Rock rajoute au Dumble ce que le Dumble n’as pas, mais mec, le Dumble il CRIE a toi. Le Dumble a ce truc en haut qui s’appelle le « Smooth and Slim » (doux et fin) C’est un peu un atténuateur, pour les aigus, et un peu pour le volume aussi. Et le Two Rock vient s’ajouter, en supplément, pour amener cette touche de douceur. Ça sonne un peu Fender, mais j’aimerai aussi rajouter un Fender dans l’ensemble.

MayerAmps-650-80

G : Est-ce que tu bascule entre l’un et l’autre, et est-ce que tu utilises tes pédales avec les deux de la même façon ?

JM : Tout est en marche en même temps, ils ne font qu’un ampli, je les utilise comme un équipement unique.

G : Y’a-t-il une pédale sans laquelle tu ne pourrais pas jouer ?

JM : En ce moment c’est la Klon Centaur. C’est la plus généreuse, la distorsion qui me satisfait le plus. C’est la plus bruyante que j’ai jamais entendu. Et j’ai souvent utilisé une Marshall Bluesbreaker au début des années 90. C’est génial… J’aime bien aussi le Tube Screamer, la TS-10 pas la 808 ou la TS09.

G : Elle a été faite par quelqu’un en particulier ?

JM : Non. C’est une pédale des années 80 et tu peux la trouver sur Ebay pour 65$ environ. La plupart de ces pédales sont géniales, elles sont basées sur le même circuit. J’arrive pas a croire qu’ils sortent encore de nouvelles pédales d’ailleurs, c’est la même chose, avec des coques et des couleurs différentes.

(Prends un accent anglais assez snob) « Hmm celle-ci fais ressortir les harmoniques, ce qui révèle encore plus les… oh mon Dieu… La saturation, les douceurs. Si tu utilises le bouton du volume de la guitare tu peux alterner entre le clean, le boost, et la pleine distorsion… »

G : Hmm, est-ce que tu as déjà lu Guitarist ?

JM : Oh mon gars, mais toutes les pédales peuvent faire ça ! Tu pourrai même brancher ta guitare avec une vieille télé et ça sonnerai pareil. Plus tu augmente et plus ça fait aaargghhh !!!
C’est les même chips depuis 30 ou 40 ans !

G : Il y a un son bien différent sur ce disque, c’est la reprise de « Crossroads » – qu’est-ce que tu utilises pour arriver à ce son heavy fuzz ?

JM : C’est une Pet CornishBox NG-2. Je ne me rappelle pas en avoir vraiment eu déjà besoin, ça fait juste du bruit ! Je veux dire, tu mets ta guitare en 4 et quand tu l’allume ça sonne comme… une erreur !

Je voulais juste un niveau de fuzz au max. Et ça en donne un max, mais j’ai trouvé un son. Je ne l’utiliserai probablement plus sur rien.
Il n’y a pas de sustain non plus, donc c’est vraiment dur de jouer avec un pick sur ça. Plusieurs fois j’ai essayé de faire le solo de « Crossroads » avec un pick, avec cette pédale, ça ne sonne pas terrible.

Tu dois plutôt jouer des notes très staccato, et la ça sonne cool (chante). Si tu commences waahhhhhhh (chante une note très sustainte) la note ne suit pas et ça ne sonne pas du tout.

MayerFingers-650-80

G : As-tu toujours alterné entre pick et doigts ? On dirait que tu joues beaucoup plus au doigt maintenant ?

JM : J’ai commencé au pick, tout le temps. J’aime bien craquer le pick dans mes mains, du coup je peux faire tous ces trucs (démonstration de fingerstyle). Et plus tard, en fait, quand j’y pense, « Perfectly Lonely » commence au doigt et fini au pick haha, yeah !

G : Au concert Memorial de Michael Jackson (ou John a joué une version instrumentale de Human Nature) tu devais chanter ?

JM : Non. Ils ont mis ce micro là, sur scène avant que j’arrive, mais une fois-là, je n’ai pas chanté. Mais non ce n’était pas prévu de toute façon.
Je pense qu’ils ont mis ce micro là genre, bon si tu veux dire quelque chose.. Mais je ne voulais pas. Dans une telle situation je n’avais rien à dire, que veux-tu dire ?

G : Oui ce n’est pas rien comme évènement

JM : Un moment sans pareil

G : Ok, c’est inévitable dans une interview, mais tous ces paparazzi, ces unes de magazines, tout ça, beaucoup d’autres guitaristes ne vivent pas ça, tu te démarque un peu. Comment ça affecte le garçon en toi qui veux juste jouer de la guitare ?

JM : Franchement ça ne me touche pas. Ça n’a jamais changé la joie et la passion de prendre une guitare et de jouer. Quand je pense a tout le chemin que j’ai fait en tant que guitariste, ces gens-là se foutent de tout ça. Ils ne savent rien de tout ça. Combien de personnes, à la sortie de ces restaurants, en train de prendre ces photos connaissent la différence entre une Mullard 12AX7 et une Telefunken 12AX7 ? Combien d’entre eux connaissent « Four On Six » de Wes Montgomery ?
Ou alors la différence entre un cable Mogami, ou un Alessandro et un Pete Cornish ? Les gens qui lisent ces magazines se fichent de tout ça.
Du coup, quand je retourne à mes guitares c’est comme si ils ne m’avaient pas touché. Je veux dire, ils peuvent dire ce qu’ils veulent sur moi mais personne n’a rien écrit de mauvais sur ma carrière, parce que j’en ai une. C’est le plus important. Apprécier les fans et jouer pour eux.

Alors oui tu peux me prendre en photo à la sortie d’un club, mais tu ne peux pas me prendre mes guitares.

Et là je t’ai donné la meilleure dernière ligne de l’interview pas vrai ?!

Mayerlights-650-80

 

Source : musicradar.com

 

Dead & Co Live @ Jimmy Kimmel Live

Ce Mardi 11 Mai le groupe était invité au Jimmy Kimmel Live pour jouer 5 titres et à profité de sa performance pour faire campagne pour la légalisation du cannabis à l’échelle nationale.
Dead-And-Company-Kimmel
Selon le LA Times le groupe a joué devant plus de 300 fans, tous portaient des t-shirts ou des signes pro-marijuana, certains étaient même déguisés en joints géants
Les Dead and Company ont cherché a être sponsorisé par un groupe de défense pour la légalisation de la marijuana mais le groupe a  vite été remis dans le droit chemin par le groupe ABC appartenant à Disney.
Comme l’explique Bob Weir « Nous faisons de la musique, mais nous soutenons d’autres choses aussi. Et nous serons toujours comme ca ».
Les Dead & Company ont commencé leur concert en plein air Mardi après midi avec une version de « Bertha », qui a été diffusé dans l’épisode de Jimmy Kimmel le soir même.
Le sextet a ensuite continué avec « Scarlet Begonias », « Fire on the Mountain », « Althea » et « Not Fade Away ».
Jimmy Kimmel Live a posté l’intégralité des titres à l’exception d’« Althea ».
Dans moins d’un mois les Dead & Company commenceront leur Summer Tour et feront aussi une apparition au Bonnaroo Festival.

John Mayer rend hommage à Prince.

Comme moi hier vous avez du être tristes d’apprendre la soudaine disparition de « The Artist », Prince. Aujourd’hui bon nombre de titres de presse dans le monde ont rendu hommage au chanteur décédé en lui consacrant leur Une. La plupart des journaux ont d’ailleurs choisi la couleur violette en hommage au mythique « Purple Rain », comme cette Une pluvieuse du « New Yorker », un numéro spécial qui sortira le 2 Mai prochain.

CoverStory-Staake-PurpleRain-690x942-1461274099

Le « Kid de Minneapolis » a été l’un des plus grands musiciens des années 80 et 90, avec des tubes comme « Cream « , « Kiss » ou « Diamonds & Pearls » qui ont fait danser le monde entier, mêlant riffs de guitare, poésie des paroles et rythmes funk. Il a publié une trentaine d’albums en près de 40 ans. D’après le magazine Forbes il a vendu plus de 100 millions de disques. Doté d’un immense charisme, celui qui rivalisait parfois avec Michael Jackson jouait l’ultra-sexualité dans ses paroles et son jeu de scène. Le musicien lauréat de sept Grammy Awards et d’un Oscar pour la musique de « Purple Rain », album adapté en film semi-autobiographique, était resté prolifique et s’était récemment converti au streaming, estimant qu’internet lui donnait plus de liberté artistique.

Comme beaucoup d’artistes hier qui ont voulu exprimer leur peine, John à posté un petit message en l’honneur de Prince.

prince

« RIP Prince. Quelle perte énorme. Quel pur et énorme talent. TALENT. Il a inspiré une génération de musiciens à œuvrer pour la grandeur avant tout. Sa renommée a toujours été imprégnée de son talent. Et ce talent c’était sa liberté. C’était sa raison de vivre.
Voilà ce qu’est une icône.
Et seulement maintenant, (malheureusement) quand vous faites le tour de sa carrière, du dernier jour de sa vie, et tout au long de sa vie, vous pouvez voir ce qu’il à crée.
Tout s’aligne. C’est la perfection. Tous les guitaristes (et tous les musiciens) partout dans le monde auront bien du mal à porter leur instrument aujourd’hui ».

 

Des nouvelles de la mystérieuse brune…

Souvenez vous, il y a quelques jours je vous parlais d’une mystérieuse brune que l’on avait vu en compagnie de John au concert d’Adèle.

Elle a fait durer le mystère en postant quelques vidéos sur son Snapchat avec John, on se posait alors des tas de questions sur la nature de cette relation. Comme dirait un ami, « les mystères sont de mises »… 🙂

Il s’est avéré que cette relation était purement professionnelle et que John a demandé a la belle s’il pouvait jouer sur un des titres de son prochain EP « Don’t Explain ».

snoh-aalegra-dont-explain-400x500

On entend donc John sur le titre « Under The Influnce Part I »  1er single de l’EP, sorti récemment le 8 Avril dernier. Il y aussi un second titre « Under The Influence Part II » ou John jam lors d’un solo vintage bluesy, très inspiré du classique « I Put A Spell On You » de Jay Hawkins.
Vous pouvez écouter son album sur sa page Soundcloud https://soundcloud.com/snohaalegra

Si vous aimez le son bluesy des années 60, la voix suave d’Amy Winehouse et l’ambiance subtilement r’n’b ce disque devrait vous plaire, vous pouvez aussi bien entedu le commander sur iTunes.

Snoh Aalegra via Billboard :

« John et moi nous nous sommes rencontrés grâce à un ami commun, nous étions en studio et il m’a demandé si je pouvais lui faire écouter ma musique. Lorsqu’il a entendu « Under The Influence » il a tout de suite demandé s’il pouvait travailler sur le morceau. Et c’est comme ça que tout est arrivé. A la fin de la chanson il a continué a jammer pendant à peu prés deux minutes et c’était tellement bon que j’ai finalement décidé de tout garder pour en faire un autre titre « Under The Influence Part II »« .

 

La Super Eagle en vidéo !

Comme promis voici la vidéo de présentation de la PRS Super Eagle !

 

 
« Nous sommes sur un instrument avec lequel vous pouvez vraiment exprimer ce que vous ressentez, il n’y a rien d’autre comme ça, c’est un peu comme… voler.
Cette guitare est la PRS Super Eagle, c’est une guitare sur laquelle j’ai travaillé quotidiennement avec Pollard et nous sommes arrivés à une guitare incroyablement sophistiquée, avec je pense, un niveau de technologie comme je n’avais jamais vu avant.
Elle est plus grande que la plupart des autres PRS, sa longueur est de 25.375 », cela donne plus d’intensité au son. (Cette section de la guitare est un peu comme la version précedente) et je n’ai jamais vraiment joué à ce niveau parce qu’on a un son vraiment ouvert qui ne booste pas nécessairement le niveau de la guitare. Ce n’est pas un preamp dans le sens ou c’est un gain boost, c’est un preamp dans le sens ou ce qu’il en sort c’est vraiment un son haute définition. Ça ouvre complétement d’autres horizons, c’est vraiment une guitare HD.
Je pense que c’est vraiment cool et cette guitare a son propre son unplugged, c’est vraiment intéressant, nous voulions des micros au milieu vraiment utiles et la longueur de cette guitare y fait beaucoup, et ses 24 frets. Le son vibre vraiment et c’est la particularité de cette longueur de corde, combinée avec des micros de haute qualité, en quelque sorte je pense qu’on arrive à un instrument de type violon, avec ce coté naturellement vintage.
Cette guitare est colorée dans ce ton appelé « Mayor Tobacco Sunburst ». Ce que j’avais en tête c’est un Tobacco Sunburst mais pas trop foncé sur les bords. Le dos est vraiment unique, je pensais que ce serai genial que ce coté que personne ne voit soit représentatif du niveau de qualité de la Super Eagle.
Il y a aussi un sticker a l’intérieur de la caisse, déssiné par mon ami David Smith, je voulais créer mon sticker à la main, comme un retour à l’artisanat de qualité. Il y a vraiment une abondance de détails sur cette guitare.
Seulement 100 exemplaires seront crées.
J’ai joué sur beaucoup de guitare et j’ai eu beauxcoup de guitares dans ma vie et ce n’est pas tous les jours que tu peux créer quelquechose qui n’a jamais été crée auparavant. Je pense que cette guitare sera toujours sur mes rack maintenant, et peut importe sur quelle musique je travaille.
Je pense que c’est incroyable d’avoir fabriqué quelquechose pour une situation donnée, et de voir quelle dépasse effectivement cette situation et qu’elle sera utilisé pour beaucoup d’autres maintenant ».