John en couverture du « Billboard Magazine »

Ceci est un extrait du dernier numéro du « Billboard Magazine », je traduirai l’article en entier lorsque je recevrai mon exemplaire, les scans que j’ai reçu étant de faible qualité et pas exploitables…

Après une pénible pause médicale, au cours de laquelle il craignait de ne pouvoir chanter à nouveau, John Mayer renaît avec une nouvelle vengeance sur la vie et sa première tournée en trois ans.

« Personne ne veut couper dans la gorge d’un chanteur, même en dernier recours » .

Michael McDonald, manager de longue date de John Mayer, explique la décision du chanteur compositeur de confier ses précieuses cordes vocales au bistouri.
Tout commence au début de l’automne 2011, Mayer venait d’être diagnostiqué avec une inflammation sévère des tissus sur ses cordes vocales connues sous le nom de granulome. Nouvelle encore plus écrasante, alors qu’elle tombe juste après qu’il ait presque terminé ce qui allait devenir son cinquième album tant attendu pour l’année 2012, « Born and Raised ». Il y avait la possibilité qu’il ne serait jamais capable d’enregistrer ou de repartir en tournée en tant que chanteur.

« Je ne suis pas un « lâcheur ». C’est comme ça que mon esprit fonctionne. Tout que je veux faire c’est combattre et ne jamais reculer » (John Mayer)

Billboard 2013

Face à ce problème, Mayer se tourne vers le docteur Steven Zeitels. Un expert en laryngologie basé à Boston. Zeitels est devenu le chirurgien superstar pour les chanteurs superstars. Il a traité les problèmes de gorge de notoires comme Roger Daltrey ou Steven Tyler, mais il est devenu vraiment célèbre pour avoir guidé la microchirurgie à succès qu’a subi, peu de temps avant Mayer, Adele pour supprimer un saignement de polypes sur ses cordes vocales.
Adele à publiquement remercié le médecin pour ses prouesses chirurgicales en 2012 lors des Grammy Awards après sa guérison spectaculaire, mais Mayer n’aura hélas pas la même chance.

« En fait, j’ai appelé Zeitels pour Adele, et il a fait un excellent travail avec elle », dit Mayer. « Ma situation était différente, plus complexe et beaucoup plus ambiguë ».  Après de longues périodes de repos vocal, il était clair pour Zeitels que la combinaison chirurgie et injections de Botox (pour paralyser les cordes vocales et les laisser guérir) n’avait pas résolu le problème causé par le stress sur la voix du chanteur suite à ses longues tournées passées, et une lutte de longue date avec des reflux acides aggravée par une mauvaise alimentation et la boisson. « Je pensais que je prendrai une une pilule et que ça s’en irait, mais le problème n’a fait qu’empirer, et a grandi et grandi », dit Mayer.

« Au fond, c’est comme si vous ôtiez une croûte chaque jour », ajoute McDonald. « La gorge de John ne guérissait tout simplement jamais, elle saignait constamment ».

En fait, il y avait un doute considérable sur la possibilité de rechanter.
« J’ai longtemps été terrorisé, j’avais tout mais devais mettre fin à mon rêve de jouer de la musique à nouveau – juste pour que je puisse, vous savez, survivre » dit Mayer.
Pendant les intenses périodes solitaires de repos vocal qui ont suivi ses traitements, il essaye alors de se consoler en pensant qu’il pourrait toujours être un instrumentiste virtuose, un sideman d’élite, ou un pro à la demande, peut-être.

Billboard Mars 2013

« Si John n’aurait pas été capable de chanter à nouveau, il aurait au moins pu être capable de faire une tournée en tant que guitariste légendaire », explique Scott Clayton, agent de réservation  de Mayer à la Creative Artists Agency (CAA). Mayer était depuis longtemps encensé comme un sauveur de la six cordes par des légendes comme Eric Clapton, mais une fois dépouillé de sa voix, il se jeta dans son jeu avec une nouvelle ardeur, jammant quelquefois pendant des heures, ce qui, auparavant, n’avait pas été possible dans son emploi du temps épuisant.

« John a joué de la guitare pendant trois ans d’affilé », conclut McDonald. « Il n’est pas monté sur scène pour jouer la même chose tous les soirs, donc en tant que musicien, il a grandi incroyablement. Mais au cours de son repos vocal, John a connu une frustration permanente, sans être capable de raconter des blagues dans la salle – il ne pouvait même pas taper assez vite sur son iPad. Tout le monde lui a conseillé d’aller dans un ashram (mot sanskrit qui dans le bouddhisme désigne un lieu sacré ou l’on se dédie à la recherche d’un certain détachement spirituel), mais ce n’est pas le style de John. Il n’aimait pas être sur la liste des blessés, et à commencé à se battre pour sortir de la crise et à tout faire pour pouvoir revenir sur le devant de la scène ».

Billboard 2013

« J’ai été forcé de taper sur mon iPad pour communiquer et dire quoi que ce soit », dit Mayer. « Ce n’était pas libérateur. Se casser la jambe, est-ce libérateur? Non. Toute complexité est révolue quand vous n’avez pas le choix »
Connu de nature intense et décidé, Mayer se décrit comme un «type de classe A ».
« Je ne suis pas un « lâcheur ». C’est comme ça que mon esprit fonctionne. Tout que je veux faire c’est combattre et ne jamais reculer ».
Une fois entravé, il a commencé à appliquer la même détermination qui a construit sa carrière à la restauration de sa voix.
En dépit de rencontrer de nombreux opposants à chaque fois dans la communauté médicale, Mayer à sans relâche continué à chercher des alternatives de traitement. « Il a toujours senti qu’il pouvait trouver un remède », explique McDonald.

Avec nul part où se tourner, Mayer et McDonald ont pris rendez-vous avec le Dr Gerald Berke, un spécialiste ORL au Centre de la Voix à l’université de Médecine et d’Arts, UCLA en Californie.
« John et moi sommes allés le voir ensemble », se rappelle McDonald. « Le Dr Berke a dit: « Je pense que je peux le faire sans chirurgie. À Boston, on vous a donné une unité de Botox. Je vais vous donner 17 unités pour vraiment fermer vos cordes vocales et les laisser guérir. Je vais le faire maintenant, je vais aller droit à travers dans votre cou ». Je lui ai demandé si nous pouvions quitter la salle et de nous donner une minute pour réfléchir  John et moi nous sommes regardés l’un l’autre, et nous avons tous deux convenu que nous n’avions rien à perdre ».

Deux jours plus tard, Mayer ne pouvait plus parler du tout,  ses cordes vocales sont resté paralysées pendant plusieurs semaines. Mais quand Mayer est retourné chez le médecin, il a vu une amélioration fantastique, Berke lui a infiltré encore plus de Botox. « J’ai probablement passé trois, peut-être quatre mois sans dire un mot », dit Mayer. « L’endurance a été difficile pour moi, mais j’ai commencé une nouvelle vie. C’est difficile à croire que je suis guéri, mais juste pour m’assurer que ça va, je continue à voir le médecin toutes les deux semaines, et même si ce n’est pas mieux la guérison est stable ».

 

Billboard 2013

Aujourd’hui, Mayer explique sa longue route vers la guérison, assis dans une salle de studio aux murs de brique à Los Angeles, le célèbre studio d’enregistrement « The Village ».

Vivre le dynamisme de Mayer en personne montre clairement comment il serait difficile pour lui de mettre sa vie sur pause.
Dans un style mi hippie mi bobo, Mayer arbore une veste en jean chambray, de robustes bottes marron, un sac d’homme en daim beige sur sa poitrine, et sa récente marque de fabrique, un chapeau à larges bords, est posé sur une chaise à proximité.
Alors qu’il apparaît souvent comme un garçon mignon sur les photos, dans sa chair, c’est un bûcheron viril, il arbore un teint halé, avec une mâchoire digne d’Affleck. De près, il apparaît presque surdimensionné,  très grand avec d’étonnantes grandes mains, un chanteur compositeur coincé dans corps de quarterback.

Ce qui est le plus surprenant chez Mayer, cependant, c’est sa rapidité, son esprit d’analyse. Parfois, il semble plongé dans ses pensées, le regard perdu dans le lointain comme pour conjurer de son esprit sa prochaine rafale de vapeurs d’éther. À d’autres moments, il vous fixe avec un regard si intense alors qu’il donne ardemment beaucoup de poids à ses observations ou ses idées. Sa taille et sa solidité correspondent parfaitement à son charisme et à sa personnalité volubile hors normes.
Mayer parle rapidement, avec son accent typiquement new yorkais, qui contraste avec les tons apaisants et mesurés qu’il déploie sur ses hits comme « Daughters », qui a remporté un Grammy Award en 2005 pour le titre de chanson de l’année, et qui atteindra plus tard le numéro 19 sur le Billboard Hot 100.

Forcé au retour à la case départ, l’ambition de Mayer reste intacte. En fait, Mayer est retourné en studio avec son ingénieur (et ancien colocataire) Tchad Franscoviak pour travailler sur quelques nouvelles chansons qui pimenteront le répertoire de sa très attendue tournée estivale à venir.
Son retour à la scène sera son premier retour sur la route en trois ans. « Je ne suis pas sur mon premier disque, où je dois jouer le single deux fois », dit Mayer. « Je voudrais ajouter trois ou quatre chansons, significatives, que je me languis de jouer. Je suis prêt à regarder vers le bas la setlist et d’y aller, j’aime toutes ces chansons ».

Sans titre 3

 

Que le chanteur de 35 ans compose toujours est un triomphe considérant les montagnes russes médicales auxquelles il a fallu faire face . L’état de Mayer s’est d’abord révélé au cours des séances d’enregistrement de « Born and Raised », qui ont été produites par le vétéran Don Was.

« J’ai écris dans un registre assez bas, probablement sans le savoir, parce que je ne pouvais pas chanter plus haut », dit Mayer.
« En Janvier, je me suis dit « C’est un grain de voix assez cool. Puis, en Avril, j’ai fais une apparition au Comedy Cellar (un show de stand up new yorkais), je suis monté très tard dans la nuit jouer quelques morceaux après que les acteurs aient joué leurs sketches. Cette nuit-là, je me suis entendu chanter et je me suis dis «Oh, c’est nouveau. Si vous n’avez aucune idée de ce que ça peut être, vous allez chez le médecin. « 

La date de sortie de « Born and Raised » a été d’abord été reportée par Mayer qui subissait un premier traitement pour dompter ses reflux acides, et c’est alors que commença une longue série de repos vocal en espérant que le problème guérisse sans intervention chirurgicale. Au début 2012, Mayer avait suffisamment récupéré pour terminer les pistes vocales de « Born and Raised ».
Une apparition en Mars au « South by Southwest » avait même été confidentiellement réservée (Mayer avait été découvert lors d’un show au SXSW en 2000) ainsi que les dates initiales d’une tournée d’été.
Et puis, la catastrophe a frappé à nouveau. « John est allé en répétitions pendant quelques jours, mais sentait que quelque chose n’allait toujours pas » se rappelle McDonald. « Tout le monde disait que c’était dans sa tête, mais en fait le granulome était bien de retour ».

« Nous sommes arrivés à un point où nous pensions être sortis de l’auberge, et puis tout est revenu », dit Mayer. « Je sentais que j’avais besoin de prendre six bons mois de congé, juste pour retrouver ma santé mentale, vraiment ».

 

Pour McDonald, la décision d’arrêter la prochaine tournée de Mayer « était une évidence », mais reste toujours un goût amer. Ce devait être la première fois dans sa carrière que Mayer allait se mettre à l’aise avec ses fans dans des décors de théâtre.

Source: Billboard.com

Photos: harpersmithphotography.com

Publicités