Dead & Co Live @ Jimmy Kimmel Live

Ce Mardi 11 Mai le groupe était invité au Jimmy Kimmel Live pour jouer 5 titres et à profité de sa performance pour faire campagne pour la légalisation du cannabis à l’échelle nationale.
Dead-And-Company-Kimmel
Selon le LA Times le groupe a joué devant plus de 300 fans, tous portaient des t-shirts ou des signes pro-marijuana, certains étaient même déguisés en joints géants
Les Dead and Company ont cherché a être sponsorisé par un groupe de défense pour la légalisation de la marijuana mais le groupe a  vite été remis dans le droit chemin par le groupe ABC appartenant à Disney.
Comme l’explique Bob Weir « Nous faisons de la musique, mais nous soutenons d’autres choses aussi. Et nous serons toujours comme ca ».
Les Dead & Company ont commencé leur concert en plein air Mardi après midi avec une version de « Bertha », qui a été diffusé dans l’épisode de Jimmy Kimmel le soir même.
Le sextet a ensuite continué avec « Scarlet Begonias », « Fire on the Mountain », « Althea » et « Not Fade Away ».
Jimmy Kimmel Live a posté l’intégralité des titres à l’exception d’« Althea ».
Dans moins d’un mois les Dead & Company commenceront leur Summer Tour et feront aussi une apparition au Bonnaroo Festival.
Publicités

Dead and Company Live At Jimmy Fallon 

Hier soir John et sa bande des Grateful Dead maintenant connu sous le nom des Dead & Company étaient les invités musicaux du célèbre show de la chaîne américaine NBC « The Tonight Show with Jimmy Fallon ». 

Ils ont interpreté deux titres « Shakedown Street » et « Brown Eyed Woman ». 

http://www.nbc.com/the-tonight-show/video/dead-companyshakedown-street/2988369
http://www.nbc.com/the-tonight-show/video/dead-companybrown-eyed-women/2988328
Source: nbc.com

John Mayer pour les Nuls

On connaissait « la Cuisine pour les Nuls », « la Compta pour les Nuls, « la Déco pour les Nuls » et même « Un Corps de Rêve pour les Nuls » (oui oui ça existe) ah oui j’allais oublier « la Guitare pour les Nuls « , oui lui je l’ai plusieurs fois feuilleté 🙂

Et pourquoi pas un « John Mayer pour les Nuls » !!

Parfait pour les cerveaux lobotomisés de certains français friands de Kendji, Maitre Gims ou encore Christine and les Reines… (désolée pour les fans)

Alors voici un petit article bien sympa qui regroupe les 15 infos à absolument savoir sur John Mayer pour briller en société… enfin pour briller entre fans de John en attendant. Espérons que ce post fasse découvrir une autre facette du chanteur autre que celle du playboy tombeur que l’on lit un peu trop souvent dans les tabloïds. N’hésitez pas à faire tourner et à faire connaître John et sa musique autour de vous !

Si vous êtes un vrai fan de Mayer vous connaissez surement tout ce qui va suivre, sinon j’espère que vous aurez envie d’en savoir plus et de parcourir ce blog.

Allez bonne lecture, enjoy !

mayer

 

John Mayer devient célèbre avec son premier album Room For Squares en 2001. Depuis il enchaîne les scènes et déchaine des foules en délire qui apprécient sa pop bluesy. Ses compétences guitaristiques sont souvent comparées à celle d’Eric Clapton ou Stevie Ray Vaughan son idole.

En 2005 il prend une direction différente avec le John Mayer Trio ou il joue plus de blues. Même s’il s’est retiré de la scène médiatique un certain temps la musique de Mayer continue d’attirer le public.

Voici quelques infos bien utiles à savoir sur ce guitariste de génie.

 

  1. John Mayer travaille avec les Vétérans.

John est en partenariat depuis quelques années avec le NCIRE, programme de santé et de réintégration des anciens combattants américains. Le programme est conçu pour aider les anciens combattants au retour dans la vie civile en leur fournissant des ressources en fonction de leurs besoins. Il contribue également à sensibiliser le public au sacrifice de ces hommes pour servir leur pays.

ncire

 

14. Il rejoint les « Morts »

Mayer a dit récemment qu’il était devenu un grand fan des Grateful Dead après avoir entendu un de leur plus grand succès « Althea ». Début 2015 il invite Bob Weir à jouer avec lui alors qu’il anime le Late Late Show sur une grande chaine de télé américaine. C’est alors que les deux deviennent bons amis. Après que le groupe termine sa tournée Fare Thee Well, qui célébrait les 50 ans des Dead, il se lie avec John Mayer pour monter les Dead & Company, et partent en tournée en fin d’année 2015.

John Mayer travaille avec Phil Lesh et fait une apparition lors de deux nuits de concerts afin de recréer les concerts événement des Grateful Dead des 8 et 9 Juin 1977.

dead-and-co-3-by-maria1

 

13. Il collectionne les montres de luxe

Prétendant que c’est un passe-temps qui « le garde sain d’esprit » Mayer a une collection de montres qui est estimée à des dizaines de millions de dollars. Son amour des belles pièces alimente également régulièrement sa colonne sur le site spécialisé Hodinkee.com et lui a valu une place de jury d’honneur lors du Grand Prix d’Horlogerie de Genève.

john_mayer_watches

 

12. Tout commence avec « Retour Vers le Futur »

John découvre la guitare après avoir vu Marty Mc Fly jouer « Johnny B. Goode » sur une ES 345 dans le cultissime « Retour Vers le Futur ». A l’âge de 13 ans son père lui loue une guitare et il prend des leçons dans un magasin local.

mcfly

 

  1. SRV son modèle

Après avoir reçu une cassette de l’artiste Mayer devient obsédé par le Blues. De là il rentre dans la légende et collabore avec des artistes tels B.B King, Buddy Guy, Freddie King, Otis Rush, Eric Clapton, John Scofield  et bien d’autres.

srv

 

  1. Il commence à écrire après un séjour à l’hôpital

A 17 ans Mayer est diagnostiqué avec des troubles cardiaques. Après avoir passé quelques jours à l’hôpital il écrit sa première chanson et continue dès son retour à la maison pendant sa convalescence.

young jm

 

  1. Il a collaboré avec des artistes Hip Hop

Reconnu seulement pour ses talents de guitariste blues Mayer collabore sur des projets Hip Hop avec Common et Kanye West en 2006 sur le titre « Go ». Il travaille aussi sur un bonus track japonais « Bittersweet Poetry » qui figure sur l’album de Kanye West « Graduation ».

 

  1. John Mayer à failli perdre la voix

En 2011 on diagnostique à John un granulome sur les cordes vocales et doit subir deux interventions chirurgicales pour les retirer. Malheureusement la maladie revient en 2012 ce qui force Mayer à annuler sa tournée. Le chanteur ne chante pas et parle difficilement pendant presque 2 ans. Il expliquera un peu plus tard devoir utiliser une ardoise ou son iPad pour se faire comprendre. Il en plaisante même presque en tournant une parodie de lui même, ou on le présente à son hologramme Tron Mayer qui le remplacera en tournée. Un régal !

 

  1. Mayer crée ses propres instruments Signature

Mayer travaille avec la marque de guitares Martin en 2003 pour produire une série limitée de sa propre guitare acoustique, la OM-28 John Mayer, et de nouveau en 2006 avec le modèle OMJM John Mayer.

John_Mayer_live_in_2007_01

 

A partir de 2005 il crée 3 modèles signature Stratocaster chez Fender, qui ne sont d’ailleurs actuellement plus produites depuis la séparation de John d’avec Fender.

John Mayer Collection

tweets-fender

Son modèle phare la fameuse « Black One » à été, elle, produite en deux finitions dont une tirée à 83 exemplaires, par la crème des Masterbuilders John Cruz. Pour en savoir plus sur cette guitare n’hésitez pas à relire l’article qui s’y consacre –> https://jhnmyr.wordpress.com/2012/12/09/blackone/

 

John Mayer « Black One »

Le musicien participe aussi à la conception d’un modèle d’ampli Two Rock en édition limitée, 25 exemplaires signés de la main de Mayer.

 

  1. Il a joué pour un bal de promo d’étudiants

En 2004 il répond à l’invitation d’un lycée, le « Pennsbury High School » pour qu’il vienne jouer lors de son bal de promo. Il joue un petit set de 3 titres « No Such Thing », « Clarity » et « Your Body is a Wonderland », pour le plus grand plaisir des étudiants qui avaient mené une campagne publique pour l’inviter lors de cette soirée.

 

  1. Il donne un demi-Grammy à Alicia Keys

Quand il gagne le Grammy de la meilleure chanson de l’année avec « Daughters » il avoue à Ellen Degeneres, lors de son show, qu’il ne pensait pas gagner ce prix. Pour y remédier il donne la moitié de son Grammy à Alicia Keys qui, selon lui, devait l’emporter à sa place.

Alicia+Keys+John+Mayer+50th+Annual+GRAMMY+x1HVHasEeKzl

 

  1. « Room For Squares » son meilleur album

Le premier album studio de John Mayer « Room For Squares » est aussi son album le plus vendu à ce jour. Propulsé grâce aux singles phares « No Such Thing », « Your Body Is a Wonderland » et « Why Georgia » l’album s’est écoulé à près de 5 millions d’exemplaires.

JohnMayer_RoomForSquares

 

  1. « Daughters » son meilleur single

Malgré que « Room For Squares » soit l’album le plus vendu il faudra attendre le second album « Heavier Things » pour que John connaisse son plus grand succès. « Daughters » atteint la première place au classement « Billboard Adult Pop Song » à savoir qu’il n’avait pas vraiment envie de sortir ce titre en single. Il finira par ré instrumentaliser le titre avec son groupe blues jazz le John Mayer Trio en 2005.

 

  1. John Mayer est marrant

Dans le milieu des années 2000 Mayer se fait connaitre en tant qu’artiste de « Stand-Up Comedy », il affirmera plus tard que cela lui a permis de vaincre sa timidité et d’écrire de meilleures chansons. Il présentera aussi une spéciale sur la chaîne VH1 en 2004 ou l’on peut admirer ses talents de comique. Plus récemment il a fait preuve de professionnalisme en animant le très suivi « Late Late Show » sur la chaîne CBS pendant 3 soirs consécutifs.

sans-titre

 

  1. Il reconnait ses erreurs et se soigne

On se rappelle de John Mayer il y a quelques années et de ces discours sexistes dans les tabloïds ou de sa liste interminable de petites amies célèbres. Cependant en Mars 2015 sur la chaîne MSNBC Mayer avoue qu’il n’est plus cette personne et qu’il ne veut plus de se préoccuper des médias et de la vie Hollywoodienne. Il achète alors un ranch dans le Montana près de son meilleur ami, où il vit avec son chien Moose. Loin des paillettes et du glamour.

sans-titre

 

Voilà j’espère que vous aurez apprécié ce post, que vous aurez révisé vos bases ou tout simplement appris un peu plus sur l’artiste qu’est John Mayer, un des plus grands guitariste de sa génération.

Espérons que le meilleur reste à venir…

 

Dead & Company – Review du 30.10.2015

Allez on commence l’année avec une petite review !

Si vous vous êtes intéressés un minimum à l’actualité de John ces derniers mois vous savez donc qu’il a rejoint le groupe Grateful Dead, le temps d’une tournée, enfin du moins, car si on lit les éloges faites dans les différentes reviews après leurs series de concerts il va peut être rester plus longtemps et contribuer au grand retour du groupe psyché des années soixante dix sur scène.

10926446_1195580460458779_8531821341500140212_n

Dead & Company 2015

 

Voila pourquoi je voulais partager avec vous cette review du concert d’Halloween au Madison Square Garden de New York le 31 Octobre dernier, publié dans le Rolling Stone Magazine. Enjoy !

720x405-dead_&_company_msg_20151031_191_MJE5647

 

Depuis la disparition de leur membre leader  Jerry Garcia, l’idée d’un chanteur-guitariste sur scène avec les membres survivants des Grateful Dead, n’a jamais fait autant parler.

Mais maintenant que 20 années ont passé depuis le décès de Garcia, le remplacement de ce dernier est devenu normal. Les shows sont tout d’abord basés sur la musicalité et la durabilité des chansons, et cela ne choque plus d’entendre Lesh, Bob Weir ou bien d’autres musiciens capables comme Warren Haynes, John Kadlecik ou Jackie Greene chanter les chansons de Garcia, et les guitaristes rejouer leurs classiques.

Bien avant même que les membres  de la bande jouent leurs cinq shows de retrouvailles cet été, des rumeurs ont commencé à circuler disant que Weir et les batteurs Bill Kreutzmann et Mickey Hart reviendraient en tournée à l’automne avec John Mayer.

Même dans le nouveau monde, le scénario post-Garcia, la pensée de Mayer pour ce remplacement était vraiment déconcertante.

De tous les guitaristes qui se sont essayé à ce jeu, Mayer et son style semblent les moins compatibles. Son jeu est propre, fluide et précis – il est facile de l’imaginer dans un groupe « fusion » des années soixante-dix -, mais pourrait-il redorer l’âme et le jam du groupe, et pourrait-il s’intégrer dans le genre si particulier des « Dead » ?

1035x691-dead_&_company_msg_20151031_173_MJE5629

Le nouveau groupe, baptisé « Dead & Company », fusionne donc les trois membres des « Dead » avec Mayer, le claviériste de longue date de l’après Garcia, Jeff Chimenti, et le bassiste Oteil Burbridge des Allman Brothers

Le groupe a fait ses débuts à Albany le 29 Octobre, et le jour d’Halloween le groupe a joué la première de trois nuits au Madison Square Garden de New York.

Avec la présence lumineuse de Mayer et l’absence de Lesh, qui jouait avec son propre groupe le soir même au Théâtre Capitol à proximité de Port Chester – Dead and Company avaient beaucoup à prouver et ils ont réussi : Jouer avec puissance et autorité dès le début, le groupe a montré qu’il était encore bien vivant non seulement après Garcia mais après Lesh et Fare Thee Well.

Burbridge à un style plus fluide et moins agressif que Lesh, et Mayer est un chanteur très différent qu’Anastasio à Chicago. Anastasio rayonne, une ambiance joviale béatifique; par comparaison, Mayer, qui avait l’air assuré et confiant toute la soirée a bel et bien rempli le contrat (c’est aussi un chanteur moins distinctifs que ses prédécesseurs).

Dès le début, avec un jam d’ouverture tronqué qui conduira vers « Jack Straw » Mayer ne se pavanait pas; avec un minimum de « guitar faces » appréciable, il était déterminé à montrer qu’il était à la fois un étudiant respectueux et un digne successeur de Garcia, et il a maintenu le cap toute la nuit.

Il a nous a beaucoup rappelé Garcia au cours de son jeu. Et au cours de ses solos prolongés dans « Deal » et d’autres, la foule l’a accueilli avec rugissements.

Avec cette setlist, pour ce show du moins, le groupe a largement joué la sécurité. Rappelant la première soirée « Fare Thee Well » à Chicago, dominée par le répertoire des Dead des années soixante-dix.

1035x691-dead_&_company_msg_20151031_217_MJE5673

Weir et Mayer ont alterné les chants, avec l’intensification de Mayer sur « Brown Eyed-Women », « Deal » et le « Althea » des années 80.

Certaines règles des « Dead » sont restées intactes. Au cours du show qui a duré quatre heures, et qui comprenait un entracte de 45 minutes à peu près, seul Weir s’est adressé à la foule, seulement lors d’une brève salutation et l’annonce de la pause.

Tout comme au bon vieux temps « China Cat Sunflower »  a précédé « I Know You Rider » et Weir et Mayer ont échangé des versets sur « Jack Straw » tout comme Weir et Garcia le faisait tant de fois à l’époque.

De même lors des quelques spectacles donnés pour  Halloween pendant l’ère Garcia, ils ont tout donné pour « Werewolves Of London » de Warren Zevon.  Et au cours du deuxième set, ils ont joué les inévitables « Drums » et «Space».

dead-and-co-3-by-maria1

On peut admirer que la détermination de Mayer semblait alimenter le reste de la bande, qui semblait avoir plus répété que lors du show « Fare Thee Well ».

Mayer  à bien su creuser les riffs dans « New Speedway Boogie » et Willie Dixon à bien su faire sortir le coté funky de « Wang Dang Doodle » un autre grand classique de l’ère Garcia.

Le chant et la puissance vocale de Mayer ont guidés le groupe de façon plutôt impressionnante sur l’un des morceaux les plus délicat de la soirée « Terrapin Station ».

Le jeu de Hart et Kreutzmann’s sur « Drums » et « Space » était particulièrement tribal et envoutant, aussi Weir semblait concentré comme jamais auparavant.

Le moment crucial est arrivé deux chansons avant la fin du spectacle, avec les notes d’ouverture de « Morning Dew ».

Ce soir, Weir a chanté la part de Garcia, mais on peut avouer sans conteste que Mayer était au-dessus, son solo  a transporté le groupe entier, mais il a aussi donné à la chanson un nouveau son, plus frais.

La vie après Garcia ne sera jamais la même, mais des moments comme celui qu’on a vécu fait preuve de l’héritage des « Dead »: la joie de l’inattendu, une immense surprise.