Les 10 ans de Continuum

Comme vous le savez tous la journée d’hier marquait le dixième anniversaire de la sortie de l’album « Continuum ».
Vous avez peut être vu sur les réseaux quelques posts dédiés a cet anniversaire, et il nous pensait incontournable de mettre aussi notre petit grain de sel 🙂
Après plusieurs jours de réflexion nous avons pensé à une vidéo « hommage ».
Nous avons donc ressorti des sons covers, filmé le matériel du chéri guitariste, ainsi que notre collection de cd et de goodies et recrée la pochette de « Continuum » en mode générique de fin.

 

Et voici le résultat !

On espère que cette vidéo vous plaira si vous ne l’avez pas déjà vue 🙂

 

Merci à Jo pour son jeu de guitare, ses idées créatives,  à Inès du forum français pour sa voix sur Gravity, à mon reflex pour la qualité des photos et de la vidéo et à mes petits doigts qui ont fièrement travaillé pour réaliser le petit générique de fin.

John aussi n’a pas raté l’occasion de partager avec nous ce moment, il posté sur Instagram une photo de lui  ou il essayé de recréer l’ambiance de la photo de l’album, 10 ans après, habillé de la même façon, un peu plus mince, pas au même endroit mais le résultat est réussi 🙂

 

jm

 

Continuum à 10 ans aujourd’hui… Me voilà une décennie plus tard, dans le même manteau qui a servi au shooting de la pochette.
Tellement de souvenirs à propos de cet album.
Je me rappelle l’enregistrement d’ « I Don’t Trust Myself » et « Bold As Love » à NYC. Je me souviens du Trio Tour à NY et LA. Je me rappelle avoir eu l’idée de « Gravity » sous la douche du Four Seasons à LA et avoir travaillé dessus un jour entier sans lever la tête. Elle était bouclée la nuit d’après.
Je me souviens avoir dit a Chad, pendant que j’écrivais une chanson, que ca ressemblait à deux personnes qui dansaient dans une pièce en feu « Slow Dancing in a Burning Room ».
Je me souviens de l’innocence, de la découverte et du sentiment de jouer ces chansons, soir après soir en tournée, et réaliser qu’elles pouvaient servir tant à la pop qu’à l’exploration guitaristique. Je suis chanceux d’avoir cet album et de vous avoir en tant que fans. Du nouveau très bientôt. X JM

Source : YouTube – Instagram

Publicités

John Mayer rend hommage à Prince.

Comme moi hier vous avez du être tristes d’apprendre la soudaine disparition de « The Artist », Prince. Aujourd’hui bon nombre de titres de presse dans le monde ont rendu hommage au chanteur décédé en lui consacrant leur Une. La plupart des journaux ont d’ailleurs choisi la couleur violette en hommage au mythique « Purple Rain », comme cette Une pluvieuse du « New Yorker », un numéro spécial qui sortira le 2 Mai prochain.

CoverStory-Staake-PurpleRain-690x942-1461274099

Le « Kid de Minneapolis » a été l’un des plus grands musiciens des années 80 et 90, avec des tubes comme « Cream « , « Kiss » ou « Diamonds & Pearls » qui ont fait danser le monde entier, mêlant riffs de guitare, poésie des paroles et rythmes funk. Il a publié une trentaine d’albums en près de 40 ans. D’après le magazine Forbes il a vendu plus de 100 millions de disques. Doté d’un immense charisme, celui qui rivalisait parfois avec Michael Jackson jouait l’ultra-sexualité dans ses paroles et son jeu de scène. Le musicien lauréat de sept Grammy Awards et d’un Oscar pour la musique de « Purple Rain », album adapté en film semi-autobiographique, était resté prolifique et s’était récemment converti au streaming, estimant qu’internet lui donnait plus de liberté artistique.

Comme beaucoup d’artistes hier qui ont voulu exprimer leur peine, John à posté un petit message en l’honneur de Prince.

prince

« RIP Prince. Quelle perte énorme. Quel pur et énorme talent. TALENT. Il a inspiré une génération de musiciens à œuvrer pour la grandeur avant tout. Sa renommée a toujours été imprégnée de son talent. Et ce talent c’était sa liberté. C’était sa raison de vivre.
Voilà ce qu’est une icône.
Et seulement maintenant, (malheureusement) quand vous faites le tour de sa carrière, du dernier jour de sa vie, et tout au long de sa vie, vous pouvez voir ce qu’il à crée.
Tout s’aligne. C’est la perfection. Tous les guitaristes (et tous les musiciens) partout dans le monde auront bien du mal à porter leur instrument aujourd’hui ».

 

Grammy Beatles Special – Interview John Mayer

Beatles Special

 

John Mayer discute de l’impact de cette première prestation des Beatles, aux USA,  au Ed Sullivan Theater le 9 Février 1964.
The Night That Changed America : A GRAMMY Salute to the Beatles sera diffusé le dimanche 9 février uniquement sur CBS.

John interprétera notamment un classique des Fab Four « Don’t Let Me Down » avec son accolyte Keith Urban lors de cette soirée.

 

« C’est assez incroyable quand tu y pense, les Beatles restent toujours numéro sur toutes ces listes de, tu sais, ces listes de meilleures performances.
On pourrait penser qu’à un moment donné les Beatles, lors de cette prestation au Ed Sullivan Show, laisserait leur place de numéro un à quelqu’un d’autre, mais ce n’est pas arrivé, parce que c’est juste un moment unique. C’est un peu l’enfance de la télévision et la petite enfance du Rock’n’Roll , et en quelque sorte ça colle bien ensemble.

Et si tu fais partie de cette troisième ou quatrième génération de fan de rock comme je le suis, tu regardes en arrière, au tout début de cette première génération et tu te dis, « wow c’est incroyable ! »
Je veux dire, pour des gens comme, des gens de mon âge … Jimi Hendrix n’existait pas. Ce n’était pas une personne! Tu sais, c’est un musicien, et une icône et un guitariste et il est sur des disques . Et je pense que cette fascination que oui, les Beatles existait, c’était un groupe! Et Ed Sullivan existait .

C’est très difficile de toucher ça et de se rendre compte que cela ait existé, heureusement qu’on a mis la main sur ce genre de preuves. Et tu sais, maintenant on est dans ce bâtiment, c’est un peu une sorte de sanctuaire et la preuve que, oui, … nous n’étions pas encore en vie mais tout ça a vraiment existé. Tu comprends? Et je pense que ce qui est génial, c’est d’être tous réunis dans ce théâtre et jouer sur la même scène , alors que tant d’autres grands musiciens sont passés par là aussi ».

 

 

 

Merci à mon amie Mimi Hodgkins pour m’avoir retranscris le texte anglais, je bloquais sur quelques phrases et son aide a été précieuse, c’est qu’il parle vite ce John! 

 

Source: YouTube

 

Love For Levon Benefit Concert – 03/10/2012

 

 

 

 

Sources : Twitter, Instagram, johnmayerbr.com