Review du concert de Tuscaloosa

Un journal local de Tuscaloosa publie ce billet aujourd’hui après avoir assisté au concert d’hier.

Une belle et fraîche soirée à honoré la soirée d’ouverture de la saison du « Tuscaloosa Amphitheater 2013″, avec en tête d’affiche John Mayer qui signe à ce jour, le plus grand nombre d’entrées pour l’établissement, avec un décompte de 6670 personnes.

Tuscaloosa Show 25.04.2013

 

La première partie, le groupe St. Paul & The Broken Bones, souvent comparé au groupe Alabama Shakes possède un son encore plus grandiose grâce à sa composition de cuivres et son chanteur Paul Janeway, tout droit sorti des années 50 au look de professeur d’histoire reconverti au rock’n’roll.

Après un set de 45 minutes Mayer montre un contraste immédiat, traînant des pieds dans son jean usé, son Stetson froissé bien vissé sur son crane, il ouvre les festivités avec un « Queen Of California » mélancolique, chanson tirée de son dernier album sorti en 2012 « Born and Raised ». Il commence sa chanson doucement à la guitare acoustique avant de passer sur une Stratoscater pour un solo électrique plus mordant.

« C’est vraiment bon de revenir sur scène » dit-il faisant rapidement référence à la tournée qu’il avait du annuler, dont il avait prévu une date ici-même en 2012, à cause d’un granulome à la gorge. Six mois avant cette annulation il avait été mis en repos vocal forcé. Mis à part une apparition la semaine dernière au Rock’n’Roll Hall Of Fame, cette nuit aura marqué le retour de John Mayer vers son public après trois ans d’absence.

Tuscaloosa Show 25.04.2013

Sa voix semble revenue à la normale alors qu’il entonne « Something Like Olivia » une autre chanson de « Born and Raised » plus pop. Un « Who Says » un peu rapide suit rapidement tirant sa voix et sa Telecaster un peu plus vers le haut.

Bien qu’un public jeune et plutôt féminin fut d’abord attiré par Mayer et ses tubes pop comme « Your Body is a Wonderland », « Daughters » et « Waiting On The World To Change » tirés de ses albums antérieurs « Room For Squares » et « Heavier Things », le musicien, originaire du Connecticut, à longtemps crédité un solo de guitare de Marty Mc Fly que l’on a pu entendre dans « Retour Vers le Futur » ce qui a réveillé son intérêt pour l’instrument.

Bien que ce soit d’abord la pop commerciale qui le fit connaitre, et éventuellement son look à la Johnny Depp, Mayer étudie la guitare très sérieusement et partage la scène quelques années plus tard avec des légendes comme Eric Clapton, Buddy Guy et BB King.

La majeure partie de son set aura plus réjoui les amateurs de long riffs que ceux des hits radios, Mayer à travaillé sur une large variété de riffs mélancoliques  accompagné de son groupe restreint (malheureusement Chuck Leavell n’était pas parmi eux, comme c’aurait été le cas l’an dernier, il a été appelé a travailler avec les Rolling Stones qui ont eu priorité). La plupart de ses chansons sont tirées de « Born and Raised » mais il se permet quelques reprises comme « Got My Mojo Working » de Preston Foster, rendu celebre par Muddy Waters ou encore « Can’t Find My Way Home » de Blind Faith.

Tuscaloosa Show 25.04.2013

Les échanges furent brefs, en partie car Mayer explique qu’il à regardé des vidéos de spectacles précédents et il trouvait que ses introductions étaient trop longues, il prévient donc, en plaisantant quand même, qu’il n’aurait que 3 minutes avant que la musique commence. Il se défends en disant à la foule « Je vous aime et je pense à vous, c’est juste que je suis vraiment impatient de jouer ces chansons pour vous ».

Avant de commencer « Age Of Worry » il ajoute, « Je vous ai dit que je vous aimais n’est ce pas? ».

Remarquant peut-être l’attention de son auditoire décliner il prend la parole en expliquant qu’il recherchait plus un sentiment à partager plutôt que d’interpréter  toujours de la même façon, les mêmes chansons, trop reconnaissables après tant d’années, il suggère d’« arrêter l’esprit d’analyse pendant une minute ».

« J’ai attendu ce moment depuis tellement, tellement longtemps, de monter sur scène et de partager cette nouvelle idée, en dire moins sur moi mais plus sur nous. »

Il est 22h passé avant qu’il ne joue un titre plus reconnaissable, « Waiting on The World To Change », un titre bien chronométré mais qui surprend par la rapidité avec laquelle il est interprété  seulement 4 minutes, alors qu’il fait durer de longs solos sur d’autres morceaux « moins connus ».

Après une courte pause, Mayer revient en solo et en acoustique et demande à la foule de l’aider sur les quelques notes aiguës du refrain de « Why Georgia » sorti sur son premier album « Room For Squares ». Le groupe le rejoint alors pour interpréter « Whiskey Whiskey Whiskey ».

Tuscaloosa Show 25.04.2013

Alors que la nuit avance Mayer apparaît visiblement animé et volubile mais encore affaibli sur certaines notes, la voix encore sensible, préférant étirer ses nouvelles chansons avec de longs solos.
Le spectacle se termine tôt  vers 22h30, certains fans ont pu ressentir l’absence de gros tubes comme « Your Body is a Wonderland, Daughters ou encore Gravity ».

 

Je suis en contact avec quelques fans qui ont assisté a ce concert et certains se sont dit déçus du coté moins intimiste en comparaison avec les concerts précédents, moins d’échanges avec le public, des morceaux moins reconnaissables et l’absence de gros classiques comme cités dans l’article.

N’oublions pas que c’est le premier concert de John après une longue absence il a surement besoin d’adapter sa voix a ses nouvelles chansons et comme il disait dans l’interview avec Don Was lors du GoogleStream, il faut qu’« il reprenne l’habitude du public, du live, ça fait tellement longtemps! ».

 

 

Source: Mark Hughes Cobb – TuscaloosaNews.com

Publicités