Les 10 ans de Continuum

Comme vous le savez tous la journée d’hier marquait le dixième anniversaire de la sortie de l’album « Continuum ».
Vous avez peut être vu sur les réseaux quelques posts dédiés a cet anniversaire, et il nous pensait incontournable de mettre aussi notre petit grain de sel 🙂
Après plusieurs jours de réflexion nous avons pensé à une vidéo « hommage ».
Nous avons donc ressorti des sons covers, filmé le matériel du chéri guitariste, ainsi que notre collection de cd et de goodies et recrée la pochette de « Continuum » en mode générique de fin.

 

Et voici le résultat !

On espère que cette vidéo vous plaira si vous ne l’avez pas déjà vue 🙂

 

Merci à Jo pour son jeu de guitare, ses idées créatives,  à Inès du forum français pour sa voix sur Gravity, à mon reflex pour la qualité des photos et de la vidéo et à mes petits doigts qui ont fièrement travaillé pour réaliser le petit générique de fin.

John aussi n’a pas raté l’occasion de partager avec nous ce moment, il posté sur Instagram une photo de lui  ou il essayé de recréer l’ambiance de la photo de l’album, 10 ans après, habillé de la même façon, un peu plus mince, pas au même endroit mais le résultat est réussi 🙂

 

jm

 

Continuum à 10 ans aujourd’hui… Me voilà une décennie plus tard, dans le même manteau qui a servi au shooting de la pochette.
Tellement de souvenirs à propos de cet album.
Je me rappelle l’enregistrement d’ « I Don’t Trust Myself » et « Bold As Love » à NYC. Je me souviens du Trio Tour à NY et LA. Je me rappelle avoir eu l’idée de « Gravity » sous la douche du Four Seasons à LA et avoir travaillé dessus un jour entier sans lever la tête. Elle était bouclée la nuit d’après.
Je me souviens avoir dit a Chad, pendant que j’écrivais une chanson, que ca ressemblait à deux personnes qui dansaient dans une pièce en feu « Slow Dancing in a Burning Room ».
Je me souviens de l’innocence, de la découverte et du sentiment de jouer ces chansons, soir après soir en tournée, et réaliser qu’elles pouvaient servir tant à la pop qu’à l’exploration guitaristique. Je suis chanceux d’avoir cet album et de vous avoir en tant que fans. Du nouveau très bientôt. X JM

Source : YouTube – Instagram

Publicités

Advanced Concepts – Le projet Jazz

Toujours grâce au travail du forum « My Stupid Mouth », nous avons appris qu’un documentaire allait bientôt voir le jour.

Screen+Shot+2015-05-03+at+3.42

En effet, John avait fait allusion d’un album instrumental orienté jazz, avec le Trio et Chick Corea. Le réalisateur Michael Barth à suivi le processus d’enregistrement et on peut voir le teaser de ce projet, resté secret jusqu’à ce jour.

Le documentaire n’est pas encore disponible car on a demandé à Michael Barth de ne pas le dévoiler pour le moment mais nous assure qu’on pourra le voir très bientôt, il s’intitule « Advanced Concepts ».

http://www.barthfilm.com

Screen+Shot+2015-05-03+at+3.31.56+PM

« Après avoir longtemps été catalogué d’artiste pop, John Mayer passe une semaine dans un studio riche en histoire pour enregistrer un album de jazz instrumental avec quelques uns des musiciens les plus légendaires. Ce film explore les limites du genre et le travail d’improvisation de John Mayer ».  

Vu le teaser, ce documentaire à l’air d’aussi bonne augure que l’excellent « Someday I’ll Fly ». On a hâte d’en voir plus !!

Rappelez vous en 2015 John avait interprété « After Midnight » lors du Seth Meyers Live.

 

Source: My Stupid Mouth Forum

Dead & Co Live @ Jimmy Kimmel Live

Ce Mardi 11 Mai le groupe était invité au Jimmy Kimmel Live pour jouer 5 titres et à profité de sa performance pour faire campagne pour la légalisation du cannabis à l’échelle nationale.
Dead-And-Company-Kimmel
Selon le LA Times le groupe a joué devant plus de 300 fans, tous portaient des t-shirts ou des signes pro-marijuana, certains étaient même déguisés en joints géants
Les Dead and Company ont cherché a être sponsorisé par un groupe de défense pour la légalisation de la marijuana mais le groupe a  vite été remis dans le droit chemin par le groupe ABC appartenant à Disney.
Comme l’explique Bob Weir « Nous faisons de la musique, mais nous soutenons d’autres choses aussi. Et nous serons toujours comme ca ».
Les Dead & Company ont commencé leur concert en plein air Mardi après midi avec une version de « Bertha », qui a été diffusé dans l’épisode de Jimmy Kimmel le soir même.
Le sextet a ensuite continué avec « Scarlet Begonias », « Fire on the Mountain », « Althea » et « Not Fade Away ».
Jimmy Kimmel Live a posté l’intégralité des titres à l’exception d’« Althea ».
Dans moins d’un mois les Dead & Company commenceront leur Summer Tour et feront aussi une apparition au Bonnaroo Festival.

La Super Eagle en vidéo !

Comme promis voici la vidéo de présentation de la PRS Super Eagle !

 

 
« Nous sommes sur un instrument avec lequel vous pouvez vraiment exprimer ce que vous ressentez, il n’y a rien d’autre comme ça, c’est un peu comme… voler.
Cette guitare est la PRS Super Eagle, c’est une guitare sur laquelle j’ai travaillé quotidiennement avec Pollard et nous sommes arrivés à une guitare incroyablement sophistiquée, avec je pense, un niveau de technologie comme je n’avais jamais vu avant.
Elle est plus grande que la plupart des autres PRS, sa longueur est de 25.375 », cela donne plus d’intensité au son. (Cette section de la guitare est un peu comme la version précedente) et je n’ai jamais vraiment joué à ce niveau parce qu’on a un son vraiment ouvert qui ne booste pas nécessairement le niveau de la guitare. Ce n’est pas un preamp dans le sens ou c’est un gain boost, c’est un preamp dans le sens ou ce qu’il en sort c’est vraiment un son haute définition. Ça ouvre complétement d’autres horizons, c’est vraiment une guitare HD.
Je pense que c’est vraiment cool et cette guitare a son propre son unplugged, c’est vraiment intéressant, nous voulions des micros au milieu vraiment utiles et la longueur de cette guitare y fait beaucoup, et ses 24 frets. Le son vibre vraiment et c’est la particularité de cette longueur de corde, combinée avec des micros de haute qualité, en quelque sorte je pense qu’on arrive à un instrument de type violon, avec ce coté naturellement vintage.
Cette guitare est colorée dans ce ton appelé « Mayor Tobacco Sunburst ». Ce que j’avais en tête c’est un Tobacco Sunburst mais pas trop foncé sur les bords. Le dos est vraiment unique, je pensais que ce serai genial que ce coté que personne ne voit soit représentatif du niveau de qualité de la Super Eagle.
Il y a aussi un sticker a l’intérieur de la caisse, déssiné par mon ami David Smith, je voulais créer mon sticker à la main, comme un retour à l’artisanat de qualité. Il y a vraiment une abondance de détails sur cette guitare.
Seulement 100 exemplaires seront crées.
J’ai joué sur beaucoup de guitare et j’ai eu beauxcoup de guitares dans ma vie et ce n’est pas tous les jours que tu peux créer quelquechose qui n’a jamais été crée auparavant. Je pense que cette guitare sera toujours sur mes rack maintenant, et peut importe sur quelle musique je travaille.
Je pense que c’est incroyable d’avoir fabriqué quelquechose pour une situation donnée, et de voir quelle dépasse effectivement cette situation et qu’elle sera utilisé pour beaucoup d’autres maintenant ».

Joyeuse Saint Valentin aux amoureux !

Je vous souhaite à tous une très joyeuse et romantique Saint Valentin! ❤

Aux amoureux bien sûr ! Et pour les autres vous pouvez vous mettre aux fourneaux et préparer des cupcakes, ou bien regarder vos séries préférées sur Netflix, ou tout simplement écouter John !

Je me demandais qu’elle était pour vous la chanson d’amour la plus romantique de John Mayer, ou laquelle est la plus représentative de l’amour pour vous?

Quand on cherche sur le net qu’elle est la meilleure chanson d’amour de John il y en a une qui revient sans cesse, « Slow Dancing In a Burning Room ».

Ok c’est une chanson d’amour mais surtout sur un amour en train de mourir. Habituellement on écrit sur les débuts d’une relation ou après coup lorsque celui-ci s’en est allé, mais cette chanson est différente. Elle fait de son mieux pour ne pas être triste, alors que la rupture est évidente. C’est une de ses chansons qui convient aux situations ou l’amour est en train de se briser des deux côtés, mais ils continuent de danser…

La chanson se terminera par une remise en question, apprends-t on vraiment de nos erreurs passées?

Pour fêter cette journée dignement j’avais envie de revoir cette prestation de « Slow Dancing » lors du live du Letterman Show en 2013, hope you’ll enjoy !

 

Bonne fin de soirée à tous, on se retrouve très vite !

 

 

 

Dead & Company – Review du 30.10.2015

Allez on commence l’année avec une petite review !

Si vous vous êtes intéressés un minimum à l’actualité de John ces derniers mois vous savez donc qu’il a rejoint le groupe Grateful Dead, le temps d’une tournée, enfin du moins, car si on lit les éloges faites dans les différentes reviews après leurs series de concerts il va peut être rester plus longtemps et contribuer au grand retour du groupe psyché des années soixante dix sur scène.

10926446_1195580460458779_8531821341500140212_n

Dead & Company 2015

 

Voila pourquoi je voulais partager avec vous cette review du concert d’Halloween au Madison Square Garden de New York le 31 Octobre dernier, publié dans le Rolling Stone Magazine. Enjoy !

720x405-dead_&_company_msg_20151031_191_MJE5647

 

Depuis la disparition de leur membre leader  Jerry Garcia, l’idée d’un chanteur-guitariste sur scène avec les membres survivants des Grateful Dead, n’a jamais fait autant parler.

Mais maintenant que 20 années ont passé depuis le décès de Garcia, le remplacement de ce dernier est devenu normal. Les shows sont tout d’abord basés sur la musicalité et la durabilité des chansons, et cela ne choque plus d’entendre Lesh, Bob Weir ou bien d’autres musiciens capables comme Warren Haynes, John Kadlecik ou Jackie Greene chanter les chansons de Garcia, et les guitaristes rejouer leurs classiques.

Bien avant même que les membres  de la bande jouent leurs cinq shows de retrouvailles cet été, des rumeurs ont commencé à circuler disant que Weir et les batteurs Bill Kreutzmann et Mickey Hart reviendraient en tournée à l’automne avec John Mayer.

Même dans le nouveau monde, le scénario post-Garcia, la pensée de Mayer pour ce remplacement était vraiment déconcertante.

De tous les guitaristes qui se sont essayé à ce jeu, Mayer et son style semblent les moins compatibles. Son jeu est propre, fluide et précis – il est facile de l’imaginer dans un groupe « fusion » des années soixante-dix -, mais pourrait-il redorer l’âme et le jam du groupe, et pourrait-il s’intégrer dans le genre si particulier des « Dead » ?

1035x691-dead_&_company_msg_20151031_173_MJE5629

Le nouveau groupe, baptisé « Dead & Company », fusionne donc les trois membres des « Dead » avec Mayer, le claviériste de longue date de l’après Garcia, Jeff Chimenti, et le bassiste Oteil Burbridge des Allman Brothers

Le groupe a fait ses débuts à Albany le 29 Octobre, et le jour d’Halloween le groupe a joué la première de trois nuits au Madison Square Garden de New York.

Avec la présence lumineuse de Mayer et l’absence de Lesh, qui jouait avec son propre groupe le soir même au Théâtre Capitol à proximité de Port Chester – Dead and Company avaient beaucoup à prouver et ils ont réussi : Jouer avec puissance et autorité dès le début, le groupe a montré qu’il était encore bien vivant non seulement après Garcia mais après Lesh et Fare Thee Well.

Burbridge à un style plus fluide et moins agressif que Lesh, et Mayer est un chanteur très différent qu’Anastasio à Chicago. Anastasio rayonne, une ambiance joviale béatifique; par comparaison, Mayer, qui avait l’air assuré et confiant toute la soirée a bel et bien rempli le contrat (c’est aussi un chanteur moins distinctifs que ses prédécesseurs).

Dès le début, avec un jam d’ouverture tronqué qui conduira vers « Jack Straw » Mayer ne se pavanait pas; avec un minimum de « guitar faces » appréciable, il était déterminé à montrer qu’il était à la fois un étudiant respectueux et un digne successeur de Garcia, et il a maintenu le cap toute la nuit.

Il a nous a beaucoup rappelé Garcia au cours de son jeu. Et au cours de ses solos prolongés dans « Deal » et d’autres, la foule l’a accueilli avec rugissements.

Avec cette setlist, pour ce show du moins, le groupe a largement joué la sécurité. Rappelant la première soirée « Fare Thee Well » à Chicago, dominée par le répertoire des Dead des années soixante-dix.

1035x691-dead_&_company_msg_20151031_217_MJE5673

Weir et Mayer ont alterné les chants, avec l’intensification de Mayer sur « Brown Eyed-Women », « Deal » et le « Althea » des années 80.

Certaines règles des « Dead » sont restées intactes. Au cours du show qui a duré quatre heures, et qui comprenait un entracte de 45 minutes à peu près, seul Weir s’est adressé à la foule, seulement lors d’une brève salutation et l’annonce de la pause.

Tout comme au bon vieux temps « China Cat Sunflower »  a précédé « I Know You Rider » et Weir et Mayer ont échangé des versets sur « Jack Straw » tout comme Weir et Garcia le faisait tant de fois à l’époque.

De même lors des quelques spectacles donnés pour  Halloween pendant l’ère Garcia, ils ont tout donné pour « Werewolves Of London » de Warren Zevon.  Et au cours du deuxième set, ils ont joué les inévitables « Drums » et «Space».

dead-and-co-3-by-maria1

On peut admirer que la détermination de Mayer semblait alimenter le reste de la bande, qui semblait avoir plus répété que lors du show « Fare Thee Well ».

Mayer  à bien su creuser les riffs dans « New Speedway Boogie » et Willie Dixon à bien su faire sortir le coté funky de « Wang Dang Doodle » un autre grand classique de l’ère Garcia.

Le chant et la puissance vocale de Mayer ont guidés le groupe de façon plutôt impressionnante sur l’un des morceaux les plus délicat de la soirée « Terrapin Station ».

Le jeu de Hart et Kreutzmann’s sur « Drums » et « Space » était particulièrement tribal et envoutant, aussi Weir semblait concentré comme jamais auparavant.

Le moment crucial est arrivé deux chansons avant la fin du spectacle, avec les notes d’ouverture de « Morning Dew ».

Ce soir, Weir a chanté la part de Garcia, mais on peut avouer sans conteste que Mayer était au-dessus, son solo  a transporté le groupe entier, mais il a aussi donné à la chanson un nouveau son, plus frais.

La vie après Garcia ne sera jamais la même, mais des moments comme celui qu’on a vécu fait preuve de l’héritage des « Dead »: la joie de l’inattendu, une immense surprise.

 

 

 

Live Letterman Show – 17.04.2015

John était hier sur le plateau du Letterman Show et y a interprété un grand classique de Don McLean « American Pie ». Pour l’occasion il a ressorti la sulfureuse « Rosie » (et sa veste de lycée :))

Enjoy!

Source: Youtube